Hommage rendue à Jules François Bocandé au stade Demba Diop

Le football sénégalais fait ses adieux à  une de ses plus belles figures.

Le président de la République, Macky Sall, le gouvernement, les autorités politiques et sportives, des citoyens et des inconditionnels du football ont rendu un hommage national à  Jules François Bocandé, mardi après-midi au Stade Demba Diop, au cours d’une cérémonie empreinte d’émotion.

Après plusieurs années sans fouler la pelouse du Stade Demba Diop, beaucoup d’anciennes gloires du football sénégalais ont remis leurs tuniques pour rendre un dernier hommage à  Jules François Bocandé.
Pour le ‘’dernier match‘’ de Jules Bocandé, sorte d’hommage national, ses anciens partenaires du Casa sports et de la sélection nationale se sont massivement déplacés.

En présence de nombreux spectateurs, le stade Demba Diop est le théâtre de ce moment historique. Comme du temps de la gloire de Bocandé, les supporters du Casa Sports ont fait le déplacement pour l’accompagner.

La dépouille, à  bord d’un corbillard, est accueillie par des applaudissements nourris. En fond sonore, il y a la fanfare de l’armée. Les larmes commencent à  tomber sur certains visages.
Les inconditionnels du meilleur buteur de France, en 1986 avec Metz, ne peuvent plus cacher leurs émotions. L’entrée de ses anciens partenaires en sélection (Joseph Koto, Roger Mendy, Mamadou Marième Diallo) et ceux du Casa sports ( Daour Gaye, Ousmane Ndiaye) met le stade en transe.

Comme en 1980, l’arbitre Bakary Sarr officie  »le dernier match » de Bocandé. Les deux hommes, après le différend (Bocandé avait frappé Bakary Sarr), étaient devenus des amis.

Au coup de sifflet de l’arbitre, le match démarre par des prières et le recueillement. L’ancien entraîneur de Jules Bocandé, Bocar Diouf, est le premier à  s’illustrer. Malgré l’âge, il garde toujours les souvenirs de son ancien protégé.

‘’Bocandé incarne les valeurs du travail, de la discipline librement consentie (…) Jules est un exemple de réussite », dit-il, la voix étreinte d’émotion. Comme Bocar Diouf, Pierre Goudiaby dit Atépa insiste sur l’amour que Bocandé vouait à  son pays.

Son appel à  la paix en Casamance, pour la mémoire de l’ancien attaquant du Casa sports, et son dialogue en créole avec le défunt, déclenchent une salve d’applaudissements.

En bon reporter sportif, le journaliste Abdoulaye Diaw revisite la carrière de l’enfant de Ziguinchor, avant de laisser le soin, à  l’ancien portier des Lions Cheikh Seck, de rendre l’hommage des anciennes gloires.

‘’Jules était un véritable leader sur le terrain et en dehors », rappelle-t-il, avant de terminer en sanglots. Il est imité par Khalidou Fadiga et El Hadj Diouf qui rappellent des anecdotes de leur ancien encadreur.
‘’On a une dette à  lui rendre : remporter un titre de champion d’Afrique pour le pays. Il faut que nous nous engagions à  donner la Coupe d’Afrique des nations à  Bocandé », a dit Me Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football (FSF).

Face à  l’élan de sympathie, de soutiens et de solidarité du peuple sénégalais depuis l’annonce du décès de l’ancien capitaine des Lions, sa famille par la voix d’Arthur Dasylva remercie le peuple sénégalais.
 »Nous voici ensemble, dans la pure tradition des souffrances partagées, des peines endurées et des espérances portées, pour honorer la mémoire d’un des plus grands sportifs de toute l’histoire du Sénégal », dit Macky Sall.

Jules François Bocandé ‘’a écrit de belles pages, mémorables et inoubliables, pour la dignité des Lions du Sénégal, pour les immenses foules d’amateurs du Casa Sport, de Tournai, de Seraing, de Metz, de Paris Saint-Germain, de Nice, de Lens », souligne le président Sall.
‘’Gloire à  cet enfant prodige qui effectue le retour au pays natal dans la paix des morts, gloire à  Jules François Bertrand Bocandé », lance-t-il.
‘’Nous garderons éternellement le souvenir des fulgurances, ce 1er Septembre 1985, lorsque, face au redoutable Zimbabwe, il s’introduisait, avec l’art du champion déterminé, dans les enclos de l’adversaire pour signer les buts de la victoire et faire vibrer, dans la ferveur et l’enthousiasme, tout un peuple », rappelle Macky Sall.

Jules François Bertrand Bocandé, défunt capitaine et entraineur des Lions, sera inhumé, ce mercredi après-midi, dans sa ville natale de Ziguinchor, après sa dernière messe en la cathédrale Saint Antoine de Padoue.

Sources : APS.